Le Parc

Définition

route entre Grendel et Attert 28 09 2011
La vallée de l’Attert

Un parc naturel est un territoire rural, d’un haut intérêt biologique et géographique, soumis à des mesures destinées à en protéger le milieu, en harmonie avec les aspirations de la population et le développement économique et social du territoire concerné.

Les Parcs naturels ont été créés pour préserver et mettre en valeur des territoires ruraux habités à forte identité. Leurs paysages et patrimoines remarquables abritent une flore et une faune encore nombreuses et diversifiées.

Un Parc naturel fédère les élus, associations et habitants au développement de leur territoire dans la logique du développement durable en conciliant environnement, économie et social. Les projets menés sont souvent innovants et offrent la possibilité d’expérimenter de nouveaux modes de gestion. Refusant de mettre la nature « sous cloche », les Parcs naturels parient au contraire sur l’homme pour aider à la préserver.

Le Parc naturel de la Vallée de l'Attert

Le Parc naturel de la Vallée de l’Attert a été créé le 14 juillet 1994 pour donner une vision environnementale au développement amorcé depuis plusieurs années. C’est le troisième parc installé en Région wallonne et le premier en Province du Luxembourg. Son périmètre coïncide avec les limites de la commune d’Attert.

Situé à mi-chemin entre Arlon et Martelange dans le sud de la province du Luxembourg, le territoire du Parc occupe une zone charnière entre la forêt d’Anlier sur sol ardennais d’une part et les célèbres cuestas du Pays lorrain d’autre part.

Sur 7 095 ha de superficie totale, 32 % sont occupés par les bois et 52 % par les terres agricoles dont 2 300 ha de prairies permanentes, le reste se partageant entre parcelles bâties et affectations diverses. Le rôle de la prairie domine dans l’affectation du sol de la vallée de l’Attert. L’élevage porte principalement sur les bovins, tant pour les produits laitiers que pour la viande. Prairies et terres labourables alternent le plus souvent et des buissons et des haies s’allient aux rideaux d’arbres pour conférer au paysage un caractère semi-bocager. Des étendues plus ouvertes existent cependant à l’est du territoire.

La forêt occupe environ 42 % du territoire du sud Luxembourg. Elle s’équilibre statistiquement entre moitié feuillus et moitié résineux surtout des épicéas. Dans la vallée de l’Attert, limitée au nord-ouest par la forêt d’Anlier, la cuesta sinémurienne sert de support à un boisement composé principalement de feuillus mais où interviennent aussi des conifères. Les résineux sont plantés sur une multitude de petites parcelles privées abandonnées par l’agriculture. Un grand nombre de bois communaux émaille la vallée.

L’Attert, rivière qui a donné son nom au Parc naturel, prend sa source à Nobressart. Elle traverse la commune d’ouest en est pour ensuite passer la frontière belgo-luxembourgeoise et se jeter dans l’Alzette, la Sûre, la Moselle et enfin le Rhin. L’Attert et ses nombreux affluents sont à l’origine d’un important maillage écologique fait de cours d’eau, de zones humides, d’aulnaies alluviales, de haies et d’arbres bordant les berges et les ruisseaux.

Grâce à son patrimoine naturel exceptionnel le tourisme dans le parc naturel est un tourisme vert et diffus fait de promenades et de découvertes de la nature.

La situation économique de la commune d’Attert est caractérisée par sa proximité avec le Luxembourg, important pourvoyeur d’emplois. Le taux de travailleurs transfrontaliers dans la commune était de 54,7 % en 2010. De plus la commune d’Attert a connu une hausse de population de 73,33 % en l’espace de 30 ans.

Le tissu associatif est très actif avec plus de 26 associations dans la vallée qui œuvrent dans des domaines du sport, de la culture ou encore de l’éducation des jeunes.

Missions

Le Parc naturel développe différemment ses missions en fonction des spécificités du territoire qu’il couvre et des objectifs qu’il poursuit à travers de son plan de gestion.

Il met en œuvre des actions liées :

à la protection, la gestion et la valorisation du patrimoine naturel

à l’aménagement du territoire

au développement local sur les plans économique et social

à la sensibilisation, l’accueil et l’information au public

Le plan de gestion qui planifie pour 10 ans les actions à mener dans le parc a été renouvelé en 2015.

Publication : Plan de gestion 2015 2025