Réseaux écologiques

Les vergers

verger-400x300
Cours sur la taille des arbres fruitiers

Jadis forts présents dans le paysage, les vergers traditionnels ont tendance à disparaître. Pourtant ils sont un précieux réservoir de biodiversité. Pas seulement par les différentes variétés fruitières dont ils sont composés mais aussi parce qu’ils font partie d’un écosystème verger avec les haies et bosquets les entourant qui abritent une faune et une flore importantes et diversifiées.

Les vieux arbres même s’ils ne produisent plus, sont particulièrement recherchés par les oiseaux cavernicoles qui y trouvent un habitat de choix : la Chouette chevêche, le Pic épeiche…

Différentes actions en faveur de la sauvegarde des vieux vergers ou de la promotion de nouveaux vergers (le futur se prépare !) sont en cours au Parc naturel de la Vallée de l’Attert.

Verger conservatoire 

Ce projet de mise en place d’un verger conservatoire à Post s’inscrit dans le vaste projet de création d’un réseau de vergers conservatoires d’anciennes variétés fruitières en Région wallonne.

Les objectifs du projet sont multiples :

  • Conserver les variétés anciennes typiques et adaptées à la région
  • Dupliquer une partie des collections du centre Agronomique de Gembloux pour une meilleure conservation des collections et ainsi étudier les variétés les mieux adaptées aux conditions pédo-climatiques de la région
  • Favoriser le développement de la biodiversité par une diversification du milieu (arbres fruitiers et haie)
  • Sensibiliser le grand public par des conférences et des démonstrations sur site à la préservation des variétés anciennes et à la conservation des vieux vergers

Inventaire des vergers sur le territoire

Même si leur nombre diminue, les vergers de la vallée recèlent encore des trésors. Un inventaire des vergers du territoire est important afin de mettre en valeur ce patrimoine. A cette occasion les habitants peuvent également apporter les fruits de leur verger afin d’en identifier la variété. Des variétés rares ou uniques peuvent être découvertes à cette occasion et greffées pour être perpétuées. C’est d’ailleurs le cas pour une variété de poire qui n’avait encore jamais été répertoriée par le Centre de Recherche Agronomique de Gembloux. Des essais de greffe ont été réalisés, sans succès pour l’instant.

Ces inventaires sont aussi l’opportunité de sensibiliser tout un chacun à cette richesse du jardin ! Entretenir un vieux verger ou penser au futur en replantant des nouveaux arbres permettra de garder vivant ce milieu riche et diversifié.

Opération « Vergers en forme »

L’opération vise à aider les particuliers à l’entretien de leur verger. Deux types d’aide sont proposés : des cours de taille pratiques dans les vergers communaux et une aide financière à l’entretien des vergers par un professionnel.

Distribution d’arbres fruitiers 

Chaque année depuis 2002, des arbres fruitiers sont distribués à la population lors de la semaine de l’arbre. Les variétés sont choisies afin de favoriser la fécondation croisée.

Bords de routes

fauche tardive
Fauchage tardif

Depuis 1996, la commune d’Attert adhère à la convention bords de routes qui précise que les talus et accotements de routes ne seront fauchés qu’après le 1er septembre afin de préserver la faune et la flore qui s’y trouvent.

Résultat : pas moins de 184 espèces botaniques différentes sont observées sur les 106 km de route mise en fauchage tardif !

Les haies

haie
Haies sauvages

Outre leur rôle écologique essentiel, les haies jouent également un rôle paysager.

Afin de sensibiliser les habitants à la plantation des haies, le Parc naturel distribue des plants de haies indigènes lors de la semaine de l’arbre.

Un dépliant sur les types de haies (haies fleuries et fruitières, haie pour lieux humides, haies brise-vent) et leur rôle a également été édité.

Publication : Les haies

Les prairies fleuries

prairie-400x300
Prairie fleurie

En apportant une belle diversité de fleurs et de temps de floraison, les prairies fleuries assurent un intérêt pour l’ensemble des butineurs.

Le Parc naturel a distribué des sachets de graines de plantes mellifères à semer.

Des carrés de prairies fleuries ont également vu le jour dans les différents villages à proximité des bacs de fleurs horticoles trop pauvres en nourriture pour les butineurs.

Les plantes invasives

invasives-400x300
Plantes invasives

Renouée du Japon, Balsamine de l’Himalaya, Berce du Caucase sont autant de plantes invasives qui menacent la biodiversité locale en envahissant rapidement le milieu et empêchant ainsi le développement des variétés indigènes.

La lutte contre ces plantes envahissantes fait également partie du travail de conservation de la nature du Parc naturel.

Publication : 20 ans d’actions dans le Parc